Fans of LeSS - Retour à une vision réaliste et utile de Scrum (selon Michael James)

De Wiki Agile du @GroupeCESI
Aller à : navigation, rechercher

Auteur : © 2019 Fans of LeSS
Source : Back to a Realistic and Useful Vision of Scrum (MJ’s Perspective Only)
Date : 03/08/2019


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date : 17/08/2019


Traduction :

Fans-of-LeSS-logo-white-background-596x337.png
J'ai commencé à m'intéresser à Scrum au moment où Ken Schwaber a publié les deux premiers livres sur le sujet (dont l'un a été co-écrit avec Mike Beedle).

J'ai été impressionné que Ken nous ait exhorté à ne pas présenter Scrum comme une solution miracle. Au lieu de cela, nous pouvons utiliser Scrum pour révéler les lacunes organisationnelles afin que le management puisse les corriger s'il est assez courageux pour le faire : L'effort est centré sur le changement nécessaire dans l'entreprise.

On nous a également dit que Scrum implique plus de changements que ce à quoi la plupart des organisations sont prêtes, mais nous ne devrions pas diluer le message simplement parce que le changement est difficile : l'écart entre les pratiques actuelles et les pratiques cibles est une mesure de l'incompétence et du risque lié à la concurrence. La formation CSM de l'époque incluait un exercice pour révéler notre propre tendance humaine à faire des promesses que nous ne pouvons pas tenir : Ce sont des habitudes dont nous ne sommes même plus conscients. Tous les exercices n'ont pas fonctionné et je n'appellerais pas ça une formation au "bien-être" - je me souviens que mon collègue de travail l'a évalué à 5/10, comme j'ai été ébahi la première fois que j'ai entendu Kent Beck parler.

Nous n'avons pas consacré de temps en formation à nous renseigner sur ces nombres de Fibonacci, supposés magiques, et dont j'entends sans cesse parler. Je suis presque sûr que nous n'avons pas tenu compte des burndown charts et que je n'ai pas entendu Ken parler de "vélocité" ou d'"hyperproductivité". Ken nous a dit qu'il n'y avait rien de nouveau dans Scrum, à l'époque, en riant à l'idée que lui ou n'importe qui d'autre aurait pu l'inventer.

C'est le Scrum que je me suis engagé à enseigner : pas de solution miracle, et des prises de conscience qui peuvent être douloureuses.

La mécanique spécifique de Scrum n'est pas la question, et n'est pas nécessaire pour les équipes qui ont intériorisé les principes. Mais il y a quelque chose d'intéressant dans le fait d'envisager un ensemble simple de règles qui peut aider une équipe et une organisation à découvrir où le changement est nécessaire, dans le fait d'envisager qu'un Scrum Master aide à changer l'organisation pour permettre l'auto-organisation de l'équipe (sans obliger l'équipe à faire du Scrum), à se concentrer sur le travail prioritaire, et à constamment inspecter et adapter.

C'est un type de Scrum utile. Nous n'avons pas besoin d'en faire trop avec des affirmations exagérées.