Guide Scrum - modifications entre 2011 et 2013

De Wiki Agile du @GroupeCESI
Aller à : navigation, rechercher

Auteurs : Jeff Sutherland et Ken Schwaber
Source : Revision History Of The English Scrum Guide Master Document
Date : Juillet 2013


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date : 23/02/2014


Traduction :

Modifications effectués dans le guide Scrum entre 2011 et 2013 :
1. Un chapitre sur la transparence des artefacts a été ajouté. Scrum repose sur la transparence. Les décisions visant à optimiser la valeur et maîtriser le risque sont prises en fonction de la perception de l'état des artefacts. Dans la mesure où la transparence est complète, ces décisions reposent sur une base solide. Dans la mesure où la transparence sur les artefacts est incomplète, ces décisions peuvent être faussées, la valeur peut diminuer et le risque peut augmenter.

2. La planification du sprint est désormais considérée comme un seul évènement. Deux thèmes y sont abordés : que peut-on faire dans ce sprint ? comment le travail sélectionné sera-t-il réalisé ? Une fois que l'équipe de développement a prédit quels éléments du backlog de produit seraient traités dans le sprint, l'équipe Scrum nomme l'objectif du sprint. L'objectif du sprint crée une cohérence dans le travail de l'équipe de développement, cohérence qui ne pourrait être obtenue si les prises d'initiative étaient individuelles et sans objectif commun. Nous reconnaissons ici officiellement le concept d'objectif du sprint.

3. Le backlog du produit est affiné (refined) plutôt que maintenu (groomed). Les éléments affinés du backlog de produit sont transparents, suffisamment bien compris et d'assez bonne granularité pour être proposé à la planification de sprint et être sélectionné dans le sprint. Avec ce niveau de transparence, les éléments du backlog de produit sont réputés "Prêts". Prêt et Fini sont deux états qui renforcent la transparence.
4. Scrum prescrit ces événements pour créer de la régularité et réduire au minimum le besoin de faire des réunions qui ne sont pas définies dans Scrum. Tous les événements sont timeboxés, de sorte que chaque événement a une durée maximale. Un sprint, en tant que conteneur d'événements, a une durée fixe qui ne peut être raccourcie ou rallongée. Les autres événements peuvent prendre fin à chaque fois que le but de l'événement est atteint ; garantir la quantité appropriée de temps est nécessaire, sans pour autant accepter des gaspillages dans le processus.
5. L'importance de la mêlée quotidienne en tant qu'événement de planification est renforcée. La mêlée est trop souvent considérée comme un événement pour renvoyer un statut. Chaque jour, les membres de l'équipe de développement doivent confirmer la manière dont ils ont l'intention de travailler ensemble en tant qu'équipe auto-organisée pour atteindre l'objectif du sprint et créer l'incrément prévue d'ici la fin du sprint. Les données d'entrée de cette réunion devrait donc être la manière dont l'équipe procède pour atteindre l'objectif du sprint ; les données de sortie devrait donc être un nouveau plan ou un plan modifié qui optimise les efforts de l'équipe pour atteindre l'objectif du sprint. Les trois questions ont été reformulées dans ce sens pour bien insister sur le concept d'équipe plus que d'individu :

  • Qu'ai-je fait hier qui a aidé l'équipe de développement à atteindre l'objectif du sprint ?
  • Que vais-je faire aujourd'hui pour aider l'équipe de développement à atteindre l'objectif du sprint ?
  • Est-ce que je vois un obstacle qui m'empêcherait, moi ou l'équipe de développement, d'atteindre l'objectif du sprint ?


6. Le concept de valeur est renforcée pour l'utiliser lors de la revue de sprint. Au cours de la revue de sprint, l'équipe Scrum et les parties prenantes collaborent et passent en revue ​​ce qui a été fait dans le sprint. En se basant là-dessus ainsi que sur les modifications du backlog de produit au cours du sprint, les participants collaborent sur ​​les prochaines éléments qui pourraient être réalisés pour optimiser la valeur.
*NdT : Claude Aubry parle même de cultiver son Bac(klog) de culture.