L'approche des deux pizzas pour un travail d'équipe productif

De Wiki Agile du @GroupeCESI
Aller à : navigation, rechercher
Auteur : Rachel GILLET (@RGillett23)
Source : THE TWO PIZZA APPROACH TO PRODUCTIVE TEAMWORK
Date : 24/10/2014

Traducteur : Guillaume Commagnac (@GuillaumCo)
Date : 03/11/2014


Traduction :

L'APPROCHE DES DEUX PIZZAS POUR UN TRAVAIL D’ÉQUIPE PRODUCTIF

L'APPROCHE EN DEUX PIZZAS DU PDG D'AMAZON JEFF BEZOS POURRAIT BIEN ÊTRE LE MOYEN IDÉAL POUR CONSTRUIRE UNE ÉQUIPE PRODUCTIVE. VOICI CE QU'IL EN EST ET POURQUOI CELA FONCTIONNE.


Si vous êtes à la recherche d'un travail d'équipe plus efficace, le PDG d'Amazon Jeff Bezos suggère la mise en œuvre d'un truc très simple : la règle des deux Pizzas.

Lors de la constitution de votre équipe ou au moment de déterminer qui inviter à votre prochaine réunion, examinez combien de personnes vous pouvez nourrir avec deux pizzas : c’est le nombre de personnes que vous devez inviter.

Bien que l'approche de Bezos estime un nombre entre cinq et huit personnes, d'autres réflexions sur la question suggèrent de réduire le nombre de différentes manières.

Selon Mark de Rond, professeur à la Judge Business School de l'Université de Cambridge, diverses études au cours des années ont montré que les gens ont tendance à préférer des équipes de quatre ou cinq membres (NdT : cf. article Why Less Is More in Teams).

Et pour J. Richard Hackman, professeur de psychologie sociale et organisationnelle à l'Université de Harvard, la règle de base est "pas de nombre à deux chiffres" (NdT : cf. article Why Teams Don't Work).

Quel que soit le nombre magique exact, l'idée de travailler au sein de petites équipes est censée aider à diminuer certains tueurs d'innovation comme la pensée de groupe et la paresse sociale.

La paresse sociale, explique de Rond, se produit lorsque les membres de l'équipe réduisent leur effort parce qu'ils se sentent moins responsables du résultat. Et la pensée de groupe, selon Psychology Today, se produit quand un groupe préfère/choisit d’aller sur une évaluation critique, ce que Bezos croit être plus susceptible d’apparaître au sein de grandes équipes centralisées (NdT : cf. article What is Groupthink).

Il y a d'autres avantages pour le travail en petites équipes comme une communication plus efficace, une plus grande confiance entre les membres de l'équipe, et moins de peur de l'échec, et Hackman affirme que plus vous ajoutez de personnes à une équipe, plus le travail devient exponentiellement compliqué.

« Les grosses équipes finissent généralement par faire perdre du temps à tout le monde », dit Hackman.