Les intitulés de poste sont des antipatterns de l'équipe

De Wiki Agile du @GroupeCESI
Aller à : navigation, rechercher

Auteur : Chris Parsons (@chrismdp)
Source : Job titles are a team anti-pattern
Date : 25/09/2012


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date : 28/09/2012
Merci à : Adrian Howard (@adrianh)


Traduction :

"Nous avons deux concepteurs, deux développeurs d'interfaces utilisateur (front-end), deux développeurs pour les traitements métier (back-end) et un testeur."
"Allie et Jim essayent de dessiner la plupart des pages, avec l'aide des autres. Joe, Alice, Bob et Alan essayent d'écrire le plus de code, avec Bob et Alan qui travaille principalement côté serveur. Darren s'assure que notre travail corresponde au mieux à ce qui est attendu."
Quelle est la meilleure formulation ?
Les intitulés de poste sont des étiquettes

Étiqueter les personnes avec des intitulés de poste peut être un simple raccourci, mais si nous ne faisons pas attention à l'utilisation que nous en faisons, cela peut être source de dysfonctionnements :

  • Les étiquettes limitent le potentiel des gens. Nos étiquettes limitent ce sur quoi les gens vont travailler : ils vont inconsciemment commencer à s'en tenir à ce que leur titre désigne. Ce sera le cas même si ces personnes sont ouvertes : c'est la nature humaine de réagir à la culture que crée notre équipe.
  • Les gens se cachent derrière leur étiquette. "C'est un boulot de concepteur, ce n'est pas mon domaine de compétence." Ça empire quand nous devenons plus précis : "Je suis un développeur d'interface utilisateur : je ne code pas en Ruby." Cela empêche des techniques comme Kanban de fonctionner efficacement puisque les gens sont moins susceptibles de s'aider les uns les autres, et cela crée des silos de connaissances dans l'équipe.
  • Les étiquettes réduisent les gens à des ressources. "Nous avons besoin de 4,2 jours de développeur pour ce projet, avec 2,4 jours de concepteur par jour de développeur." Les étiquettes sont interchangeables : les gens ne le sont pas. Certains développeurs sont plus productifs que d'autres par exemple. En homogénéisant l'équipe, nous extrayons l'âme de l'entreprise : nous pourrions tout aussi bien vendre du pétrole brut, et pas l'expertise des gens.


J'ai récemment essayé d'arrêter d'utiliser des étiquettes pour me décrire : jetez un coup d'oeil à ma bio twitter par exemple. Ça a été un exercice intéressant, et je vous le recommande.

Vendre des services par équipe, pas par étiquette

Un problème que nous pouvons rencontrer, c'est quand nous gérons des entreprises qui vendent des services à l'heure à la clientèle. Il est facile de mettre sur pied un catalogue de tarifs pour les différents intitulés de poste, mais cela aggrave le problème des étiquettes et nous plonge dans des contraintes économiques. Je préfère la méthode qui consiste à vendre au client des semaines entières d'une équipe, plutôt que des développeurs individuels : "Cette équipe de professionnels vous coûtera 10 000 € par semaine", par exemple.

Rappelez-vous : l'environnement de l'équipe est parfaitement conçu pour obtenir le résultat que nous essayons d'atteindre. De quelle façon nos intitulés de postes et autres étiquettes affectent-ils la façon dont notre équipe travaille aujourd'hui ?