Que sont les Laboratoires Sociaux ?

De Wiki Agile du @GroupeCESI
Aller à : navigation, rechercher

Auteur : ReosPartners
Source : What are Social Laboratories?
Date : 07/11/2013


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date : 27/02/2021


Traduction :

The-social-labs-revolution.jpg

"Le pouvoir des solutions réside principalement dans les personnes qui y croient et qui les détiennent." – V. Srinavas

Les approches actuelles pour relever les défis sociaux de grande complexité ne fonctionnent pas. Mais il y a de quoi se réjouir : le grand nombre de personnes impliquées dans des initiatives de changement, les sommes croissantes investies dans ces initiatives, la baisse constante des coûts technologiques et l'attention accordée à l'innovation sociale. Cependant, les problèmes de fond, qui vont de la disparition des espèces à la dette publique, ne cessent de s'aggraver.

Les structures sociales sont de plus en plus soumises à des pressions qu'elles n'étaient pas censées supporter. L'inégalité s'accroît. L'action directe est devenue soit un appel vibrant pour que quelqu'un d'autre agisse, soit le soulagement désespéré des symptômes qui laisse les causes profondes quasiment intactes. Les personnes sont de plus en plus contraintes de modifier leur comportement face aux problèmes environnementaux et d'assumer le poids des mesures d'austérité ou des réductions des services de base. Le sociologue Ulrich Beck décrit cette situation comme une tentative de trouver "des solutions individuelles aux contradictions systémiques".

Lancez un cendrier dans n'importe quelle direction, et vous vous retrouverez face à un défi complexe et désordonné. Il est difficile d'échapper à la sensation persistante que si nos problèmes sont déjà énormes et graves, ils le deviennent encore davantage. Il est de plus en plus difficile de croire les gens qui nous disent que les choses s'améliorent. L'avenir évolue au cours de notre vie, passant d'un lieu magique à un lieu qu'il vaut mieux éviter, un lieu sombre qui devient difficile à imaginer.

Dans cette situation, une idée très simple s'impose. Nous disposons de laboratoires scientifiques et techniques pour résoudre nos défis scientifiques et techniques majeurs. Nous avons besoin de laboratoires sociaux pour résoudre nos défis sociaux les plus urgents. Thomas Homer-Dixon nous explique :

"Le public ne doit pas seulement comprendre l'importance de l'expérimentation au sein de la fonction publique, il doit s'engager dans l'expérimentation elle-même. Dans la mesure où le public explore le champ des solutions par le biais de ses propres innovations et de ses expériences probantes, il considérera l'expérimentation constante comme un élément légitime et même essentiel de la vie dans notre nouveau monde. Dans la mesure où le public comprend l'importance de l'expérimentation et s'y engage lui-même, il sera plus sûr pour vous tous dans la fonction publique d'encourager l'expérimentation dans vos organisations".

Les laboratoires sociaux ont été discrètement mis en place depuis près de 20 ans. Des centaines de personnes dans le monde entier ont été et sont en train de développer des laboratoires sociaux. Des milliers d'autres y ont participé. Il existe des laboratoires axés sur l'éradication de la pauvreté, la protection de l'eau, la transformation des médias, le gouvernement, le climat, l'innovation sociale et bien d'autres sujets. Un nombre croissant de personnes se concentrent sur la résolution de problèmes sociaux complexes.

Les personnes qui dirigent ces laboratoires représentent une nouvelle génération : ce ne sont pas seulement des scientifiques ou des universitaires, ni des activistes ou des entrepreneurs. Ce sont toutes ces choses à la fois et quelques autres pour lesquelles nous n'avons pas encore de nom. Ils militent en faveur de la création de laboratoires sociaux dans le monde entier et tentent de relever certains de nos défis les plus difficiles.

Les laboratoires sociaux sont des plateformes permettant de relever des défis sociaux complexes qui présentent trois caractéristiques essentielles :

  1. Ils sont sociaux. Les laboratoires sociaux commencent par regrouper divers participants pour travailler en équipe et agir collectivement. Ils sont idéalement issus de différents secteurs de la société, tels que le gouvernement, la société civile et le monde des affaires. La participation active de diverses parties prenantes, par opposition à des équipes d'experts ou de technocrates, représente la nature sociale des laboratoires sociaux.
  2. Ils sont expérimentaux. Les laboratoires sociaux ne sont pas des expériences ponctuelles. Ce sont des efforts continus et soutenus. L'équipe qui fait le travail adopte une approche itérative des défis qu'elle souhaite relever, en réalisant des prototypes des initiatives et en gérant un portefeuille de solutions porteuses. Cette approche reflète la conception expérimentale des laboratoires sociaux, par opposition à la conception par projet de nombreuses initiatives sociales :
  3. Ils sont systémiques. Les idées et les initiatives développées dans les laboratoires sociaux - et lancées sous forme de prototypes - sont de nature systémique. Cela signifie qu'il faut essayer de trouver des solutions qui vont au-delà du traitement d'une partie de la globalité ou des symptômes du problème et qui s'attaquent à la cause racine du dysfonctionnement initial.

Ces caractéristiques ne sont pas arbitraires. Elles ne sont pas non plus faciles à mettre en œuvre. Il est difficile de faire entrer dans une pièce des groupes de personnes très divers, et encore plus d'essayer de les faire agir ensemble. Adopter une approche expérimentale exige non seulement de la discipline, mais aussi un minimum de stabilité et d'engagement, ce qui est rare dans un monde obsédé par les projets. S'attaquer aux causes racines des problèmes écarte les victoires politiques faciles et à la mode pour privilégier des horizons temporels plus lointains et une plus grande incertitude.

Si aucune de ces caractéristiques n'est facile, elles sont toutes nécessaires, profondément nécessaires. Elles représentent des découvertes difficilement obtenues, au prix de milliers et de milliers d'heures de tâtonnement. Elles représentent d'innombrables ateliers où de nombreux acteurs ont partagé leurs enjeux les plus angoissants et les plus difficiles. Et peut-être plus que toute autre chose, elles représentent l'intégrité et l'honnêteté - elles ne sont pas ce à quoi nous voulons que les solutions ressemblent, mais ce à quoi nous avons constaté qu'elles ressemblent réellement lorsqu'elles sont efficaces.

Il existe bien sûr des laboratoires sociaux en devenir qui ne répondent guère mieux à ces caractéristiques que par des réponses fondées sur des programmes ou des projets. Je suis convaincu que les laboratoires sociaux ou toute action visant à relever les défis sociaux qui n'ont pas ces trois caractéristiques "intégrées" seront inefficaces ou vouées à l'échec.

Notre défi le plus important aujourd'hui est d'éviter la tendance réactionnaire à entrer en guerre avec nos problèmes. Comme nous le rappelle Max Dublin, "Tous les échecs dans la réalisation des objectifs, c'est-à-dire dans la capacité à maîtriser, qu'il s'agisse de notre capacité à construire des voitures ou à faire l'amour, sont basés sur des échecs dans la culture et dans l'éducation". Nous avons tendance à déclarer des guerres extrêmement désastreuses contre nos défis sociaux. La guerre contre la drogue n'est qu'un exemple parmi d'autres.

Mais le charme de la guerre, c'est qu'elle est glorieuse et héroïque. La guerre fait ressortir en nous quelque chose de terrible et d'humain, et nous y sommes poussés comme un moyen de ne pas avoir à nous concentrer sur nous-mêmes, sur nos échecs en matière de culture et d'éducation. L'appel aux armes au nom de la justice est très dangereux et séduisant. Depuis les croisades jusqu'à la guerre en Irak, les guerres ont été menées au nom d'une cause plus grande.

Au fur et à mesure que nos défis sociaux s'aggravent, nous allons être subjugués par de nouveaux chants de sirènes et les voix de nouveaux prophètes qui nous appellent à mener de nouvelles croisades.

Les laboratoires sociaux représentent la création d'une nouvelle forme d'activité, d'un nouvel espace. Le rassemblement des gens dans cet espace représente le début de ce que l'on peut considérer comme un armistice, une suspension de ce que l'on a appelé la bataille des parties contre le tout. Les gens se rassemblent, en reconnaissant la vérité que le coût de la guerre est trop élevé et qu'il existe une autre voie.