Quel est le bon ordre de remplissage pour un Lean Canvas ?

De Wiki Agile du @GroupeCESI
Aller à : navigation, rechercher

Auteur : Ash Maurya
Source : What is the Right Fill Order for a Lean Canvas?
Date : 10/01/2019


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date : 14/06/2020


Traduction :

C'est une question que l'on me pose souvent : Pourquoi le Lean Canvas n'est-il pas structurée de manière plus logique ? Quiconque a tenté d'en remplir un peut comprendre. Il faut passer d'une case à l'autre dans un ordre apparemment aléatoire.

Lean-canvas rfo1.png
Lean Canvas

La raison principale de cette mise en page particulière est l'héritage. Le Lean Canvas a été élaboré à partir du Business Model Canvas. Et au lieu de changer la disposition du canevas, j'ai choisi de m'imposer une contrainte de conception : à chaque fois que j'ai ajouté une nouvelle case (par exemple "Problème"), j'ai retiré une ancienne case (comme "Partenaires clés").

Pour répondre au besoin de facilité d'utilisation, j'ai publié et suggéré dans mon premier livre "Running Lean" un ordre de remplissage.

Lean-canvas rfo2.png
Ordre de remplissage du Lean Canvas tiré de Running Lean

Au fil des ans, cependant, je suis parvenu à modifier cet ordre de remplissage pour améliorer l'utilisation. Alors que le fil conducteur était toujours les clients et les problèmes, l'ordre des autres cases a légèrement changé.

Lean-canvas rfo3.png
Ordre de remplissage du Lean Canvas dans Scaling Lean

La question initiale s'est ensuite transformée en : Pourquoi y a-t-il une autre d'ordre de remplissage suggéré dans vos livres et dans l'application en ligne ? Quel est le bon ordre ?

Après des années de coaching et de revue de milliers de Lean Canvas, j'ai enfin découvert le bon ordre de remplissage et je suis prêt à le dévoiler.

Êtes-vous prêt ? Attendez un peu...

Il n'y en a aucun.

Les bonnes idées peuvent venir de partout

J'ai récemment dressé une courte liste de sources d'idées :

  1. Grattez là où ça vous démange
  2. R&D / Invention
  3. Analogies
  4. Découverte accidentelle
  5. Demandes des clients
  6. Changements externes
  7. Directive sur la croissance
  8. Exploiter un avantage déloyal
  9. Théorie de l'innovation


Comme vous pouvez le voir dans cette liste, les idées (oui, même les bonnes) peuvent venir de partout. La meilleure façon de trouver une bonne idée est d'en avoir beaucoup.

La génération d'idées ne doit pas nécessairement commencer par les clients et les problèmes.

Le véritable défi, cependant, n'est pas la génération d'idées, mais leur validation.

Si la génération d'idées ne doit pas être contrainte par un ordre de remplissage, il existe une ordre de validation idéal et optimal.

Un plan de validation efficace donne la priorité au test de vos hypothèses les plus risquées en premier. Comment découvrir vos hypothèses les plus risquées ? C'est là qu'un Lean Canvas, correctement utilisée, peut vous aider.

Les idées sont des puzzles / casse-têtes

Comme pour les puzzles ou les casse-têtes, les idées peuvent avoir de nombreux points de départ différents. Mais quel que soit le point de départ, il faut toujours que l'image qui en résulte soit cohérente (histoire d'un business model).

L'objectif en dessinant un Lean Canvas est de déconstruire une idée pour que vous la voyiez plus clairement. Bien qu'imposer un point de départ (comme le client et les problèmes) parte d'une belle intention (parce qu'ils ont tendance à être les cases les plus risquées), j'ai constaté que trop de gens font en fait souvent semblant de les utiliser. Ils écrivent des énoncés de problèmes simplement pour justifier une solution qu'ils veulent déjà construire. Et, ce faisant, ils ressentent un faux sentiment de confort.

Quand vous avez déjà décidé de construire un marteau, tout ressemble à un clou.

Oui, c'est le Biais / Parti pris de l'Innovateur. Le plus étonnant, c'est que les gens ne se rendent même pas compte qu'ils font cela. Alors maintenant, j'adopte une approche différente.

Avant de pouvoir confronter votre biais / parti pris d'innovateur, vous devez être capable de le voir.

Au lieu d'imposer un ordre précis, je demande maintenant aux gens de remplir leur canevas en commençant par l'histoire de leur idée. Ces éléments déclencheurs dévoilent beaucoup de choses sur la situation, le contexte, les biais et les pièges qui se profilent aussi souvent.

Voici comment je procède :

Comment déconstruire une idée

Faites un rapide tour d'horizon d'une idée

L'objectif d'un premier Lean Canvas n'est pas d'atteindre la perfection, mais de donner un aperçu. Je vous recommande de fixer un délai de 20 minutes et de remplir autant de cases que possible dans ce délai. Vous pouvez laisser des cases vides.

Commencez par l'histoire de votre idée. Même si votre idée a pu apparaître par un éclair d'inspiration, les idées peuvent toujours être reliées à un ou plusieurs événements déclencheurs spécifiques qui vous ont poussé à passer à l'action.

Les fondateurs d'Uber, par exemple, ont soi-disant eu l'idée après avoir été incapables de trouver un taxi après un événement à Paris. Ils ont rencontré un problème et ont décidé de faire quelque chose pour y remédier (grattez là où ça vous démange). Si je faisais un dessin de ce canevas, je commencerais par la case "Problèmes".

Si vous êtes un chercheur avec une découverte ou une invention que vous commercialisez, vous commencez avec la case "Solution". Autant le préciser sur le Lean Canvas.

Si la direction vous demande de trouver une nouvelle source de revenus sur le marché, rendez explicite cette contrainte de départ.

Si vous voulez essayer, vous pouvez commencer avec un modèle de Lean Canvas vierge sur http://leancanvas.com.

Étudiez votre chaîne de croyances

Quelles sont les trois premières cases que vous avez remplies ?Votre point de départ est assez révélateur.

Remplir un Lean Canvas, c'est essentiellement empiler une chaîne de croyances qui se construisent les unes sur les autres. Les premiers maillons de la chaîne contraignent et façonnent votre idée. De plus, toute hypothèse erronée ou faible au début de la chaîne a un effet d'entraînement. C'est pourquoi il est particulièrement judicieux d'étudier de manière approfondie et de critiquer les premiers maillons de votre chaîne de croyances, l'histoire de votre idée.

Lean-canvas rfo4.png
Les idées sont constituées d'une chaîne de croyances

Ce qu'il est intéressant de noter ici, c'est que l'ordre apparemment aléatoire du Lean Canvas est en fait un cadeau déguisé. Si le Lean Canvas avait été organisée de manière plus logique, les gens auraient pu être amenés à la remplir dans cet ordre et à ne pas suivre leur propre ordre de pensée plus naturel.

Il n'est donc pas surprenant que la case "Solution" soit souvent le point de départ de la plupart des idées. Viennent ensuite les directives sur les revenus/la croissance et l'exploitation d'un avantage déloyal préexistant.

En parcourant votre chaîne de croyances, classez chacune d'entre elles dans ces catégories :

  • un acte de foi (instinct),
  • une observation anecdotique, ou
  • un fait (basé sur des données empiriques).

Cela vous permettra de faire le point sur le degré d'ancrage de votre idée.

Réordonnez votre chaîne de croyances

Le but de cet exercice n'est pas de critiquer votre méthode de génération d'idées. N'oubliez pas que les "bonnes idées" peuvent venir de n'importe où. Mais la façon dont vous agissez sur votre idée est un facteur de succès beaucoup plus déterminant que la source de l'idée elle-même.

Pour qu'une idée soit couronnée de succès, elle doit tenir compte simultanément de trois types de risques : le risque client, le risque de marché et le risque technique. Nous pouvons également montrer que cela correspond à l'intersection des trois cercles d'IDEO :

Lean-canvas rfo5.png
La Triplette de l'Innovation

Assurez-vous que les maillons de départ de votre chaîne couvrent les trois risques et qu'ils sont idéalement fondés sur des données factuelles. Si ce n'est pas le cas, vous savez ce qu'il faut faire. Obtenez des réponses en réalisant des expériences d'apprentissage.

Le point de départ universel

Pour la plupart des produits, ce n'est pas la faisabilité qui est la plus risquée, mais la désirabilité, puis la viabilité. En d'autres termes, attirer l'attention de votre client est la première bataille, encore plus que jamais aujourd'hui.

Pour vous aider à comprendre votre histoire de désirabilité, j'ai créé un "Lean Canvas encore plus Lean" qui vous permet de vous concentrer sur ce risque de départ presque universel.

En savoir plus sur ce "Lean Canvas encore plus Lean"