Remplaçons 'Résistance' par 'Objection' : Différence entre versions

De Wiki Agile du @GroupeCESI
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 10 : Ligne 10 :
 
<br/>
 
<br/>
 
Ma première partie de carrière a été dans le domaine des troubles du comportement. Je l'ai pratiquée, enseignée et supervisée pendant plus de 15 ans. Ma spécialité était la thérapie familiale, qui est fondée sur la théorie des systèmes et centrée sur l'interaction. Le domaine de la thérapie familiale s'est rendu compte que diagnostiquer une personne en tant que résistante au changement - comme le ferait un psychanalyste - comportait tout un ensemble de conséquences négatives. Aussi bien le professionnel qui a utilisé le terme que le patient en ont souffert. En outre, le concept de résistance n'était pas utile. Pour le professionnel, cela n'apportait ensuite rien de concret à faire.<br/>
 
Ma première partie de carrière a été dans le domaine des troubles du comportement. Je l'ai pratiquée, enseignée et supervisée pendant plus de 15 ans. Ma spécialité était la thérapie familiale, qui est fondée sur la théorie des systèmes et centrée sur l'interaction. Le domaine de la thérapie familiale s'est rendu compte que diagnostiquer une personne en tant que résistante au changement - comme le ferait un psychanalyste - comportait tout un ensemble de conséquences négatives. Aussi bien le professionnel qui a utilisé le terme que le patient en ont souffert. En outre, le concept de résistance n'était pas utile. Pour le professionnel, cela n'apportait ensuite rien de concret à faire.<br/>
 +
<br/>
 +
J'attribue l'identification des problèmes de résistance à un ami nommé Steve de Shazer, qui a aidé des millions de personnes depuis son modeste bureau de Milwaukee, dans le Wisconsin. En 2004, Steve a publié l'article de référence "La mort de la résistance", qui a conduit le secteur des troubles comportementaux à repenser son utilisation du terme "résistance". Je dois ajouter que Steve a rencontré beaucoup d'objections contre sa pensée révolutionnaire.<br/>
 
<br/>
 
<br/>

Version du 2 novembre 2019 à 08:45

Auteur : Tony Heath
Source : LET’S REPLACE “RESISTANCE” WITH “OBJECTION”


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date : 02/11/2019


Traduction :

Je propose de remplacer le concept et le mot de "résistance" par le concept et le mot d'"objection" dans le secteur de la gestion du changement. Jusqu'à présent, nous avons avec désinvolture utilisé le terme "résistance" pour caractériser les personnes qui ne choisissent pas d'accepter nos plans de gestion du changement. Ces gens nous "résistent" pour des raisons qui ont été bien documentées dans des livres, des blogs et des articles. Mais ces gens méritent plus d'attention que cela.

Ma première partie de carrière a été dans le domaine des troubles du comportement. Je l'ai pratiquée, enseignée et supervisée pendant plus de 15 ans. Ma spécialité était la thérapie familiale, qui est fondée sur la théorie des systèmes et centrée sur l'interaction. Le domaine de la thérapie familiale s'est rendu compte que diagnostiquer une personne en tant que résistante au changement - comme le ferait un psychanalyste - comportait tout un ensemble de conséquences négatives. Aussi bien le professionnel qui a utilisé le terme que le patient en ont souffert. En outre, le concept de résistance n'était pas utile. Pour le professionnel, cela n'apportait ensuite rien de concret à faire.

J'attribue l'identification des problèmes de résistance à un ami nommé Steve de Shazer, qui a aidé des millions de personnes depuis son modeste bureau de Milwaukee, dans le Wisconsin. En 2004, Steve a publié l'article de référence "La mort de la résistance", qui a conduit le secteur des troubles comportementaux à repenser son utilisation du terme "résistance". Je dois ajouter que Steve a rencontré beaucoup d'objections contre sa pensée révolutionnaire.