Repenser la manière de penser en utilisant l'échelle d'inférence

De Wiki Agile du @GroupeCESI
Aller à : navigation, rechercher

Auteur : Christine Noffz
Source : Rethinking Thinking Using the Ladder of Inference
Date : 18/01/2016


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date : 23/07/2020


Traduction :

Dans le monde d'aujourd'hui, qui évolue rapidement, vous êtes contraint d'agir rapidement, plutôt que de passer du temps à comprendre les faits et à raisonner en se basant dessus. Non seulement cela peut conduire à des conclusions erronées, mais cela peut aussi provoquer des conflits avec d'autres personnes qui auraient pu tirer des conclusions différentes.

Vous ne pouvez pas vivre votre vie sans y ajouter vos propres significations ou tirer des conclusions, mais vous pouvez améliorer votre communication par la réflexion et en utilisant l'Échelle d'Inférence de trois façons :

  1. En devenant davantage conscient de vos propres pensées et raisonnements : ce qu'on peut appeler la réflexion.
  2. Rendre votre pensée et votre raisonnement davantage transparents pour les autres : ce qu'on peut appeler sensibilisation.
  3. Explorer la pensée et le raisonnement des autres : ce qu'on peut appeler l'exploration.


L'Échelle d'Inférence

Les actions et les décisions doivent être fondées sur la réalité. Ainsi, lorsque vous acceptez ou contestez les conclusions d'autres personnes, vous devez être certain que leur raisonnement (et le vôtre) repose sur des faits précis. Ce qui est bien, c'est qu'il existe des outils pour vous aider à comprendre cela, dont l'un est "l'Échelle d'Inférence".

L'échelle d'inférence décrit le processus de pensée automatique par lequel nous passons tous, généralement sans même nous en rendre compte, pour passer d'un fait à une décision ou à une action. Les étapes de la pensée peuvent être considérées comme des barreaux d'une échelle et sont illustrées ci-dessous :

Ladder-of-inference example fr.png

En partant du bas de l'échelle, nous disposons de données et de faits. A partir de là :

  • Nous sélectionnons une partie des données/faits sur la base de nos croyances et de notre expérience antérieure ;
  • Nous interprétons la significations/le sens ;
  • Nous appliquons les suppositions qui ont déjà été émises (parfois sans les étudier) ;
  • Nous tirons des conclusions basées sur les faits interprétés et nos suppositions ;
  • Nous développons des croyances basées sur ces conclusions ;
  • Nous prenons des actions qui semblent "justes" parce qu'elles sont basées sur ce que nous croyons.

Ces réflexes automatiques peuvent créer un cercle vicieux parce que nos croyances ont un grand effet sur notre façon de voir la réalité, et peuvent nous amener à ignorer complètement les faits. Très vite, nous sautons littéralement aux conclusions ; nous passons à côté de faits et sautons des étapes dans le processus de raisonnement et de communication.

"Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes." - Anais Nin

En utilisant l'échelle d'inférence, vous pouvez apprendre à revenir aux faits et à utiliser vos croyances et vos expériences pour influencer positivement les résultats, plutôt que de les laisser réduire notre pouvoir de jugement. Suivre ce raisonnement étape par étape peut nous conduire à de meilleurs résultats et à des conclusions partagées, évitant ainsi des erreurs et des conflits inutiles.

L'échelle d'inférence peut être utilisée à n'importe quel stade de votre processus de réflexion. Pour vous aider à naviguer sur l'échelle, voici quelques questions utiles à vous poser :

  • Est-ce la "bonne" conclusion ?
  • Pourquoi est-ce que je fais ces suppositions ?
  • Pourquoi est-ce que je pense que c'est la "bonne" chose à faire ?
  • Est-ce vraiment fondé sur tous les faits ?
  • Pourquoi croit-il/elle cela ?
Cerveau-mecanique.jpeg
A partir de votre "barreau d'échelle" actuel, analysez votre raisonnement en redescendant l'échelle. Cela vous aidera à retracer les faits et la réalité avec lesquels vous travaillez réellement.
 À chaque étape, demandez-vous ce que vous pensez et pourquoi.


Au fur et à mesure que vous analysez chaque étape, vous devrez peut-être ajuster votre raisonnement. Par exemple, vous devrez peut-être modifier certaines hypothèses ou élargir le champ des données que vous avez sélectionnées.

"Les croyances ne peuvent pas changer les faits. Les faits, cependant, peuvent changer vos croyances". - Auteur inconnu

Les questions suivantes peuvent vous aider - en commençant par le haut de l'échelle et en descendant :

  • Pourquoi ai-je choisi cette ligne de conduite ? Y a-t-il d'autres actions que j'aurais dû envisager ?
  • Quelle conviction a conduit à cette action ? Était-elle fondée ?
  • Pourquoi ai-je tiré cette conclusion ? Cette conclusion est-elle fondée ?
  • Qu'est-ce que je suppose, et pourquoi ? Mes suppositions sont-elles valables ?
  • Quelles données ai-je choisi d'utiliser et pourquoi ? Ai-je sélectionné les données avec rigueur ?
  • Quels sont les faits réels que je devrais utiliser ? Y a-t-il d'autres faits que je devrais prendre en considération ?
Echelle-dans-le-ciel.jpeg
Lorsque vous travaillez sur votre raisonnement, faites attention aux barreaux que vous avez tendance à sauter - nous en avons tous au moins un ou deux que nous sautons souvent.


Avez-vous tendance à faire des suppositions trop facilement ? Avez-vous tendance à ne sélectionner qu'une partie des données ? Notez vos tendances afin de pouvoir apprendre à travailler ce barreau de votre raisonnement avec une attention particulière à l'avenir.

Avec ce nouveau sens du raisonnement et peut-être un champ de données plus large et des suppositions plus réfléchies, vous pouvez maintenant travailler à nouveau pas à pas pour gravir les barreaux de l'échelle.