Ressentir un sentiment d'échec

De Wiki Agile du @GroupeCESI
Aller à : navigation, rechercher

Auteur : Seth Godin (@ThisIsSethsBlog)
Source : On feeling like a failure
Date : 02/10/2015


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date : 02/10/2015


Traduction :

Ressentir un sentiment d'échec a en réalité très peu de lien avec le fait d'échouer.

Il y a des gens qui ont échoué davantage de fois que vous, j'en fais partie, et qui sont heureux de continuer dans leur travail.

Il y en a d'autres qui ont réussi plus que la plupart d'entre nous ne pourrait l'imaginer, et qui se rendent à leur travail chaque jour en se sentant inadapté, à la traîne, et oui, en ressentant un sentiment d'échec et d'imposture.

Ce ne sont pas des cas extrêmes uniques. En fait, le contexte se révèle presque inutile pour déterminer si oui ou non quelqu'un va se raconter sous la forme d'une histoire d'échec.

L'échec (vu de l'extérieur) ressemble à un événement. C'est le moment où la spécification n'est pas satisfaite, où le projet ne se termine pas comme prévu.

Les sentiments, par contre, sont souvent pérennes, et ils sont basés sur des histoires. Des histoires que nous nous racontons et des histoires que l'univers nous racontent.

Par conséquent, si vous voulez avoir un sentiment, vous l'aurez. Si vous cherchez une bonne raison, vous la trouverez, vous vous concentrerez dessus jusqu'à vous convaincre vous-même et ressentir ce sentiment d'échec.

Voici la première étape essentielle : Arrêtez de raisonner avec cette fausse théorie qui dit que le meilleur moyen de ne plus ressentir un sentiment d'échec c'est de réussir.

Se percevoir comme un échec, ce n'est pas la même chose que d'échouer. Et donc, réussir (dans ce cas particulier) n'est pas l'antidote. En fait, si vous partez de cette idée fausse, vous vous préparez à avoir une vie où tout prouvera à chaque fois que vos sentiments sont en fait corrects, parce que vous allez ignorer les victoires et que vous rappellerez au quotidien des défaites.

A la place, partez avec l'idée que la meilleure façon de faire face à un sentiment, c'est de d'abord réaliser que c'est le vôtre.